L'indépendantisme : une menace pour l'Europe ?

18 Septembre 2014



Alors que le référendum sur l'indépendance de l’Écosse anime actuellement de nombreux débats dans la presse européenne, s'organise également un vote autour de l'indépendance de la Catalogne. Le dimanche 9 novembre, les Catalans devraient exprimer par les urnes leur désir de s'émanciper ou non de l'Espagne.


Crédit Paco Serinelli/AP/SIPA
Crédit Paco Serinelli/AP/SIPA
Tout d'abord, rappelons que, l'un comme l'autre, en cas de victoire du "oui", aucun de ces deux référendums n'attribuera les compétences aux gouvernements respectifs des deux régions de proclamer seuls leur indépendance. Côté britannique, la constitution dispose que le retrait d'une région du Royaume-Uni nécessite l'accord du Parlement de Westminster. Côté espagnol, la situation se montre encore plus délicate puisque le gouvernement, installé à Madrid, a jugé le référendum catalan « illégal » et refuse de le reconnaître.

Toutefois, si la majorité du peuple formule un vœu de séparation, ni Madrid ni Londres ne pourra l'empêcher indéfiniment. Une victoire du "oui" entraînerait à coup presque sûr un gain en autonomie pour ces régions. Même en cas de défaite, le simple fait d'avoir recours à un vote sur la question indépendantiste reflète l'importance de celle-ci au sein de ces régions.

De plus, de nombreux autres territoires connaissent un phénomène important de régionalisme en Europe : Flandres, Corse, Padanie, Pays Basque...

Les enjeux nationaux

Les régions concernées elles-mêmes pourraient en tirer un profit important. En effet, il s'agit souvent de régions dynamiques économiquement, à qui les redistributions de richesses à des régions plus pauvres ne profitent pas. La Catalogne par exemple produit environ 20% du PIB espagnol. L’Écosse dispose quant à elle de l'intégralité des ressources pétrolières du Royaume-Uni. Il y a cependant des risques : l'isolement peut devenir un frein pour le commerce, la question de la monnaie (et d'une possible dévaluation) est également récurrente.

Pour leur part, les États qui se retrouveraient amputés d'une région entière seraient certainement perdants au change. Les conséquences lourdes pourraient être nombreuses : démographiques, géographiques, diplomatiques ou encore économiques. C'est pour cela que David Cameron a appelé les Écossais à refuser l'indépendance, tandis que le gouvernement madrilène dénonçait un « référendum illégal ».

Les enjeux européens

Certains observateurs y voient également une menace pour l'Union européenne. Les éventuelles régions devenues indépendantes ont en effet tout intérêt à intégrer l'Europe, pour profiter du dynamisme, commercial et financier notamment, de celle-ci. Cela met en avant un véritable problème européen : accepter ces régions en les intégrant dans l'Union européenne serait un feu vert pour beaucoup de séparatistes, qui étaient jusqu'alors effrayés par le fait de ne plus pouvoir tirer de bénéfice de l'Europe en cas d'indépendance.

Après la montée en puissance de l'euroscepticisme aux dernières élections européennes de mai 2014, des divisions en son sein renforceraient probablement ses faiblesses européennes. Plus l'Europe sera divisée, plus les inégalités entre pays risquent de s'accroître.

Cependant, l'Europe qui est ici "menacée" est à définir. Les résultats des dernières élections tout comme les questions d'indépendance sont des indicateurs non pas à bannir, mais à réinventer. Les contestations proviennent du fait que l'Europe, insérée en plein cœur de la mondialisation, se soumet aux lois des marchés internationaux, afin de rester compétitive, parfois au détriment des populations. L'indépendantisme est l'un des derniers remparts de la revendication de la diversité culturelle.

En d'autres termes, on peut associer ces tendances aux courants de pensée altermondialistes, puisqu'elles prônent une indépendance non pas en vue d'un repli nationaliste, mais afin de s'affirmer comme région dynamique au sein de l'Europe.

Notez


Alexis Demoment
Rédacteur en chef du Journal International et étudiant à l'Institut d'Etudes Politiques de Lyon.... En savoir plus sur cet auteur