Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Charte des valeurs québécoises : Dieu est mort, vive Dieu !

Roxanne D'Arco, correspondante à Montréal
1000 lectures
30 Septembre 2013



La Charte des valeurs québécoises est le dossier brûlant de la rentrée. Le débat provoque son lot de débordements racistes ou de discussions dignes du café du commerce, mais au fond, c’est un choix de société qui reste à définir. Et si celui-ci est la laïcité, il tend vers une rupture (encore) avec le système canadien qui est basé sur le multiculturalisme. Réactions sur place.


Crédit Photo -- PC / Ryan Remiorz
Crédit Photo -- PC / Ryan Remiorz
Julien Bauer, professeur en sciences politiques et spécialiste des religions à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), et Lucie Jobin, présidente du Mouvement laïque québécois ont accepté de répondre à nos questions sur le débat houleux de la Charte des valeurs québécoises qui enflamme la Belle Province.

« Lorsqu’un texte est moralement répugnant, politiquement débile, administrativement cauchemardesque, la moindre chose qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas le succès du siècle », lance Julien Bauer. Le professeur d’université ne mâche pas ses mots sur un texte qui fait polémique depuis des semaines au Canada. Portant la kippa sur son lieu de travail, l’homme avance plusieurs points faibles de cette Charte dont le plus récurent, le maintien du crucifix à l’Assemblée. « À mon avis, c’est un règlement de comptes envers toutes les religions autres que catholique », reprend Julien Bauer, « voter les lois sous le regard du Christ, je ne vois pas ce que c’est, à part mettre la religion catholique au-dessus des autres, si ce n’est pas montrer sa supériorité. Il n’y a aucune logique là-dedans, si ce n’est semer la zizanie dans la société ».

Un point de vue partiellement partagé par la présidente du Mouvement laïque québécois (MLQ), Lucie Jobin. Malgré des opinions divergentes sur bien des sujets, la militante estime que laisser le crucifix à l’Assemblée « n’est pas logique » mettant en avant une « sorte de réminiscence de bons souvenirs de Duplessis ». Pourtant, cette période est surnommée « la grande noirceur », comme le souligne Julien Bauer. C’est en 1936 que le crucifix avait été installé à l’Assemblée pour attirer les voix des catholiques. « Un des symboles arriérés est aujourd’hui considéré comme un sacre sain ! », estime l’universitaire.

L’histoire de ce signe religieux reflète bien le paradoxe du Québec. En mai 2008, une commission de consultation sur les pratiques d'accommodement reliées aux différences culturelles, communément nommée la commission Bouchard-Taylor (créée en 2007), présente ses recommandations, dont le retrait du crucifix. Immédiatement après, une motion contre cette mesure est déposée et votée à l’unanimité par les députés. Ce débat ne date pas d’aujourd’hui et il semble assez fou qu’une telle Charte soit proposée sans les mesures nécessaires pour l’appliquer à l’ensemble de la société.

Des députés autorisés à afficher leur croyance

Autre point à éclaircir. La Charte prévoit également que la classe politique soit l’exception qui confirme la règle. « On aimerait que le projet de loi soit plus précis », ajoute Lucie Jobin, « on se réjouit que la laïcité y soit inscrite – c’est une valeur publique de cohésion sociale –, mais on exprime beaucoup de réserves. Ce serait une laïcité à deux vitesses ».

Pour cette militante de longue date, l’opposition des politiques au projet ou au retrait du crucifix serait motivée par la crainte de perdre des régions. D’un autre côté, Julien Bauer met en avant l’implication d’individus affichant sans problème leur appartenance religieuse, notamment aux plus hautes sphères de l’État canadien. C’est le cas du ministre Tim Uppal, actuel ministre d’État responsable du multiculturalisme au sein du gouvernement Harper. « Dans combien de pays est-il possible qu’un sikh puisse devenir ministre ? Il [Tim Uppal] ne pourrait pas être enseignant dans une école au Québec, mais peut-être ministre, on peut difficilement faire mieux qu’être ministre pour s’intégrer », renchérit l’universitaire.

École, combat des jeunes générations

Laïcité ou pas, quelle doit être la place de la religion dans l’éducation? « Tranquillement, on a commencé [à revendiquer la laïcité] par les écoles et ce n’est pas terminé, commence Lucie Jobin, on veut que le cours d’éthique et de culture religieuse soit retiré. Les plus petits se modélisent aux enseignements. Nous serions plus pour un cours d’histoire des religions, sans qu’une ou l’autre soit mise plus en avant que les autres, et ce lorsque les enfants sont plus grands ». La Charte ne prévoit pas la suppression de ce cours, obligatoire au primaire et au secondaire depuis 2008, est un détail « illogique » d’après la présidente du MLQ qui fustige également la présence de signes religieux à l’école ou dans les garderies. Est-ce un vecteur d’influence ? Chacun sa propre idée sur la question, mais c’est un point chaud, autant au Canada qu’en France encore aujourd’hui. Julien Bauer réfute cette idée. « Des enfants entre 3 mois et 3 ans, en quoi seraient-ils traumatisés ? Le baratin se sert aussi sans signe religieux. Qu’on empêche des gens de faire du bourrage de crâne, oui, mais le reste, on s’en fout ! ».

Laïcité vs multiculturalisme : une rupture de plus avec le Canada ?

« Il y a un malaise, lance Julien Bauer, les gens sont divisés avec une moitié pour, une moitié contre la Charte. Ceux qui sont le plus pour la Charte sont dans des régions éloignées où ils n’ont jamais vu quelqu’un de différent alors que c’est le contraire à Montréal, où il y a le moins de problèmes et le plus de visibilité religieuse », dénonçant ainsi une loi qui comme telle n’est pas applicable. « Ça veut dire qu’on va donc créer l’Office des signes religieux ostentatoires comme on l’a fait pour l’Office québécois de la langue française [crée il y a plus de 50 ans]. Une croix qui fera 2.5 cm ira, mais pas une de 4 cm, une kippa grande comme un confetti, ça pourra passer, mais pas une plus grande, une femme qui met un foulard dans les cheveux par coquetterie, d’accord, mais pas pour ses croyances… Passer une loi qui n’est pas applicable, c’est pire que ne pas passer de loi ».

Pour Lucie Jobin, la question de non-applicabilité de la charte se situe à un autre niveau. « Les citoyens ne seront pas sur un pied d’égalité. Au final, le droit de retrait dans les collèges et hôpitaux n’est pas une mesure très réfléchie. Cela engendrera une différence de traitement entre les établissements et entre les régions ». Pour autant, le principe de base convient au Mouvement laïque québécois. « Dans ce projet, la laïcité serait un grand pas. Suite au jugement concernant la prière de Saguenay [au conseil municipal de la commune] en mai dernier, il avait été estimé que l’interdiction aurait été possible si c’était inscrit dans la loi ». Le parti libéral, lui serait pour la ligne de conduite canadienne, « mais la solution n’est pas le multiculturalisme », selon la présidente du MLQ. « Tout le monde peut faire ce qu’il veut quand il veut. C’est le problème qu’il y a eu avec la bataille du soccer [ndlr. football au canada, plusieurs polémiques ont éclaté ces dernières années sur le droit ou pas de porter un hijab ou un turban sur le terrain] ».

La question est délicate. Il faut rappeler le préambule de la Charte canadienne des droits et des libertés, qui fait partie de la Constitution canadienne. Il invoque comme principes la « suprématie de Dieu » et la « primauté du droit ». Une manière de mettre toutes les libertés au même niveau. Si la laïcité au Québec finit par être définitivement adoptée, c’est le modèle de société qui sera en opposition avec le reste du Canada. Un pays à deux vitesses avec une nouvelle spécificité québécoise. Lucie Jobin pour le mot de la fin reprenait ces paroles de Mario Roy dans La Presse, le 18 septembre dernier : « notre guerre de religion à nous est... tranquille, exactement comme notre révolution l'a été jadis ». Or, la question essentielle n’est pas la place du religieux dans la société, mais l’essence même de la religion relève-t-elle de la société ou de l’individu ?

Notez