Gated Communities : Le rêve américain coincé entre 4 murs ?

13 Septembre 2013



A l’heure d’une fermeture épidémique des frontières, l’emmurement s’empare de certaines villes américaines. Le concept des Gated Communities n’est pas nouveau, mais il prend un essor considérable aux Etats-Unis. Enquête sur un phénomène encore peu répandu en France.


DR
DR
Les pelouses vertes sont tondues à la perfection, sur l’asphalte lissé circulent des berlines rutilantes, et les voisines souriantes impeccablement coiffées sortent de leur four un gâteau duquel s’échappe une douce odeur de vanille. Vous imaginez sans peine cette scénette périurbaine. Elle vous rappelle peut-être Wisteria Lane, le quartier fictif des Desperate Housewives. Même si la télévision tend à caricaturer ces lieux, ils existent. Les banlieues de la plupart des grandes villes du pays regorgent de ces parcs immobiliers pour amateurs de périurbanité bien rangée. Parmi eux certains sont complètement fermés au reste du monde par d’épaisses cloisons. On appelle ces zones résidentiels des Gated Communities, à traduire littéralement par « Communautés verrouillées ». Une Gated Community, c’est un quartier huppé poussé à son extrême. Les résidents sont triés à l’entrée pour garantir le maintien d’une ambiance adéquate au sein du voisinage. La ségrégation y est érigée comme philosophie de vie, et elle se matérialise en permanence. Pour entrer dans ces quartiers, il faut tout d’abord obtenir l’autorisation d’un résident et montrer patte blanche au poste de contrôle. Pénetrer dans une Gated Community c’est prendre pied dans un univers refermé sur lui même, volontairement en marge du monde alentour.
 
Ces quartiers poussent comme des champignons dans l’ensemble du pays. Onze millions d’Américains ont ainsi décidé de vivre à l’écart du monde, au sein de communautés qui répondent au mieux à leurs attentes. Vous voulez faire un golf et du ski nautique à deux pas de chez vous ? Vivre dans un quartier à l’ambiance XIXème siècle, ou vous languir à la piscine avec des voisins aussi vieux que vous sans jamais entendre un enfant crier ? Il existe forcément une Gated Community faite pour vous.


Espaces d’accomplissement personnel ou forteresses ultimes pour riches paranoïaques ?

Lorsqu’on demande aux promoteurs immobiliers l’intérêt de vivre dans un tel quartier, ils récitent bien leur leçon. Ils nous vantent une possibilité inégalable de vivre sa vie librement, loin des contraintes des centres villes. Ils savent à merveille exploiter la fibre réac d’une classe moyenne américaine en mal des bonheurs primaires d’antan. Cette volonté de s’emmurer serait-elle la traduction contemporaine de l’American Dream ? A Hidden Hills dans la banlieue de Los Angeles, il est possible, pour seulement 3,5 millions de dollars d’emmener ses enfants en cheval à l’école privée du quartier et vivre dans de jolies cahuttes suréquipées. A Celebration, en Floride, Disney a décidé de construire sa propre ville idéale. Tout a été conçu pour favoriser l’échange et le bien vivre ensemble, de la couleur des porches des maisons à la largeur des trottoirs de la bourgade. Le bonheur vous est livré clé en main, calculé au centimètre près pour que vous ne manquiez de rien, que ce soit en termes d’espaces verts ou de chaleur humaine. Il n’y a qu’à jeter un coup d’œil au spot publicitaire de Celebration pour prendre conscience de la folie du projet. La voix off nous vante le plus naturellement du monde les mérites de cet ersatz à taille réel du monde merveilleux de Charlotte aux Fraises : « Il existe un endroit qui vous remmène au temps de l’innocence (…) Un endroit avec des pommes au caramel et de la barbe à papa, des cabanes secrètes et des marelles dans la rue ». Si la publicité peut faire sourire, le filon fonctionne néanmoins plutôt bien. Les Gated Communities existent avant tout parce que des millions d’Américains aspirent à accéder à ces modes de vies façonnés à la perfection pour les rendre heureux. Beaucoup d’entre eux sont prêts à payer le prix fort pour vivre leur propre rêve américain, en s’isolant dans ces bulles de perfection artificielle avec des gens qui leur ressemblent et des normes qu’ils ont choisies. Cependant le désir communautaire seul n’explique en aucun cas le besoin de barricade que ressentent les habitants de ces quartiers. Vouloir vivre au sein d’un quartier sélectif et original est une chose, mais construire des murs pour l’en couper du reste du monde en est une autre.
 
Dans son reportage « United Gates of America », le journaliste américain Charlie LeDuff s’est frontalement attaqué à ce problème de clôtures. Un thème récurent ressort lorsque l’on s’entretient avec les habitants de la ville : la sécurité. John Knight habite Canyon Lake, une des Gated Communities les plus importantes de LA. Lorsque le journaliste du New York Times lui demande pourquoi il est venu s’installer ici sa réponse est on ne peut plus claire : «On en est arrivé à un tel niveau de violence dans ce pays qu’il faut payer pour être en sécurité. Maintenant on doit payer pour tout, pour avoir une vie privée, pour de l’humanité, pour le bonheur. Mais si c’est ce qu’il faut faire, je payerai pour ça ». John Knight est loin d’être le seul à résonner de la sorte. Pour beaucoup de ses voisins, le niveau d’insécurité est tel qu’il ne suffit plus de déménager loin des centres villes pour se protéger de leur violence. La distance doit être accompagnée d’un cloisonnement matériel. Au sein de la communauté, la vigilance est aussi de rigueur : Verrouillage automatique des portes et fenêtres, alarmes, portails infranchissables, vidéo surveillance, patrouilles privées … Tout est fait pour se protéger aussi de ses voisins. On ne sait jamais. A force de se barricader certains des habitants de ces Gated Communities n’osent d’ailleurs plus mettre un pied en dehors de leur maison sans craindre pour leur vie, comme des détenus qui n’auraient pas mis le pied dans le monde libre depuis des années. C’est l’effet papillon de la clôture, personne n’est épargné.
 
La sécurité a un prix très élevé dans les Gated Communities. En plus de charges pharaoniques, et de prix d’achats démesurés, ces parcs immobiliers obligent leurs habitants à se soustraire à des règlements on ne peut plus intransigeants. Vivre dans une Gated Community, c’est en fait accepter de se voir dicter son mode de vie de A à Z. Pas question de n’en faire qu’à votre tête, sinon gare à votre portefeuille. L’essentiel des règles les plus contraignantes concerne l’entretien de votre propriété. Pour garantir gazons verdoyants, sourires bienveillants et toitures resplendissantes pour tous, la communauté doit insister sur quelques règles qui s’appliquent directement chez vous. Par exemple si l’eau de votre piscine est trop trouble, vous êtes contraints de la nettoyer. Vous devez impérativement réparer vos problèmes de plomberie rapidement, repeindre vos murets, et éradiquer vos mauvaises herbes sous peine d’amende. Pas question non plus de se laisser infester par les insectes, ou de laisser aboyer vos animaux trop longtemps. Dans certaines communautés, chaque gros mot prononcé sur la voie publique peut vous coûter 50 dollars si il est entendu par un agent. Intrusif vous avez dit ? Un peu, mais c’est parfaitement légal. Toutes ces communautés sont des sous-espaces de droits contrôlées par des agents privés qui suivent leurs propres règles. La loi américaine ne s’applique pas de la même manière que dans des quartiers traditionnels. Par la signature d’un contrat de copropriété, l’habitant d’une Gated Community perd donc toute la protection constitutionnelle de ses droits. Le rêve acheté au prix fort vous prive donc de vos nains de jardin. Tristesse.

Les Gated Communities, un modèle de société cauchemardesque et dangereux ?

Les Gated Communities ont le mérite d’incarner une forme extrême de communautarisme. Bien sûr ce n’est pas la première fois que des quartiers aspirent à préserver un entre soi fermé entre gens de bonne famille.  Il suffit de survoler les grandes villes américaines pour se rendre compte à quel point la ségrégation urbaine a forgé en profondeur les territoires du pays. L’innovation de la barricade propre aux Gated Communities donne néanmoins un visage nouveau à l’inégalité sociale. Elle est visible, géolocalisable, plus matérielle que jamais. Les murs de ces communautés enferment les pauvres au dehors et barricadent les riches dans des espaces d’opulence privés. Deux mondes en viennent à coexister de chaque coté des barbelés. Leur frontière est cette fois infranchissable. Elle symbolise à merveille le fossé grandissant entre les riches et les pauvres d’Amérique, qui ne veulent même plus essayer de vivre ensemble.

Ce phénomène pose d’autant plus de questions éthiques qu’une telle séparation ne bénéficie qu’aux blancs et laisse les autres races du mauvais coté du mur. L’exemple de Canyon Lake est frappant : Seulement 1,2% de la population de la communauté est noire. L’affaire du parc de Gramercy à New York en 2001 a levé le voile sur le racisme violent des habitants de ces quartiers fermés. Les enfants noirs du coin n’étaient pas les bienvenus pour jouer dans le parc privé. Lorsqu’on a demandé aux résidents pourquoi, ils ont tout naturellement répondu que « Le parc n’est pas pour ces enfants là » Les Gated Communities ont peut-être réinventé un modèle contemporain du « White Only », avec cette fois de vrais murs pour se protéger de la menace Afro-Américaine.
 
La ségrégation, qu’elle soit territoriale, raciale ou sociale, a sans aucun doute franchi un nouveau pallier avec les Gated Communities. Quel avenir pour la ville américaine dans ces conditions ? L’espace public est-il voué à devenir un ghetto géant pour ceux qui n’auront pas les moyens de s’assurer la tranquillité d’un pavillon coupé des dangers de la ville ? Las Vegas est un bon exemple de ce que pourrait être à terme le portrait robot de la ville américaine si le phénomène des Gated Communities continue à déferler sur les métropoles américaines. Là bas les nouveaux habitants ne s’installent plus au centre ville, mais uniquement à la périphérie, où il fait meilleur vivre. Le centre ville historique n’est plus habité par grand monde, il devient de moins attractif, et moins d’efforts sont employés pour préserver ses infrastructures. Il sera bientôt une solution résidentielle faute de mieux pour les plus défavorisés.

Or, si les inégalités sociales et raciales ne cessent de se creuser au fil du temps, on peut prédire que les promoteurs immobiliers parviendront de mieux en mieux à vendre les mérites de leurs quartiers barricadés. Les riches auront toujours de l’argent à dépenser dans des clôtures qui les sépareront des pauvres, et à force de vivre reclus il est fort probable qu’ils se transforment tous en paranoïaques notoires vis à vis de ceux qui ne ressemblent pas à leurs voisins. La cohabitation entre gens de classes sociales différentes sera de plus en plus difficile. La ville américaine pourrait à long terme être éclatée par ces communautés en quête d’isolement et d’indépendance. Inutile de préciser que l’impact social d’un tel morcellement pourrait être catastrophique. 


Read this article in English

Notez


Laura Wojcik
Étudiante à Sciences Po Paris, rédactrice au Journal International, ex-Redac en chef @TheSundial,... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Maxence SALENDRE le 13/09/2013 11:23
Maxence
Article très intéressant. Le rêve américain devient de plus en plus sombre. Je conseille de visionner le film "La Zona" de Rodrigo Plá sur ce sujet.

2.Posté par Claude le 23/11/2013 11:26
En fait les pauvres sont enfermés dehors, c'est un monde à l'envers.!!!

3.Posté par Christine ROSSI le 05/05/2014 22:21
Sinistre mais logique puisque les écarts se creusent...Je me demande pourquoi toutes ces régressions génèrent aussi peu de révoltes ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter