Maldives : « coups de fouet sous les cocotiers »

25 Mars 2013



Un tribunal des Maldives a condamné, en vertu de la charia, une adolescente de 15 ans - victime présumée d'un viol - à cent coups de fouet et huit mois d'assignation à résidence après qu'elle ait confessé avoir eu des relations sexuelles hors mariage. Plus d'un million de personnes à travers le monde ont signé une pétition en ligne condamnant cette décision, espérant ainsi faire pression sur le gouvernement maldivien.


Maldives : « coups de fouet sous les cocotiers »
Les Maldives, c’est l’archétype de la petite île tropicale, où il fait bon passer ses vacances. Sable blanc, bungalows sur pilotis, bikinis, eaux turquoise, cocotiers : les îles des Maldives représentent un véritable morceau de paradis pour tout touriste. C'est la destination plébiscitée par les vacanciers fortunés et les couples occidentaux pour leur lune de miel. Le décor est lumineux, reste que le spectacle est bien moins grandiose en coulisses.

Les Maldives, c'est aussi plus de 300 000 habitants face à la triste réalité d'une démocratie victime d'une interprétation de plus en plus radicale de l'islam. La justice maldivienne s’appuie sur des éléments de la loi islamique (charia), ainsi que sur la Common Law britannique. C'est en vertu de la charia que les hommes et les femmes - adultes et enfants confondus – s'exposent au risque d'une sentence de 100 coups de fouet, en plus d'être condamnés à l'assignation à résidence, s'ils sont reconnus coupables d'avoir eu des relations sexuelles hors mariage. Bien sûr, les étrangers sont exemptés – et peuvent vivre pleinement leur sexualité, ou boire de l'alcool, ou même consommer de la viande de porc.

Cette loi est loin d'être accessoire, en témoigne l'histoire tragique – parmi bien d'autres - d'une jeune fille de 15 ans. L'adolescente a été arrêtée l'an dernier sur l’île de Feydhoo dans l'atoll de Shaviyani, où la police a découvert un nouveau-né mort enterré dans la cour de la maison. Quand la jeune fille est tombée enceinte à la suite de viols répétés de la part de son beau-père, ses parents l'ont empêchée d'aller à l'école pour la cacher à la vue de la communauté, afin de taire le sombre secret de la famille. Ils ont attendu patiemment pendant neuf mois, et ont ensuite probablement tué et enterré le nouveau-né. Le beau-père de l'adolescente encourt une peine d'emprisonnement de 25 ans s'il est jugé coupable de viol et d’assassinat. L'enquête a révélé une réalité effrayante encore monnaie courante dans les îles isolées de Malé, la capitale des Maldives : les sévices sexuels.

Dans l'archipel, on estime qu'une femme sur trois a été victime de violences sexuelles ou de viol entre 15 et 50 ans. Pis encore, aucun violeur n’a été condamné ces trois dernières années. Un enfant sur sept aurait été victime d'une agression sexuelle, selon une étude menée par l'UNICEF en 2009.

Condamnée pour "fornication"

Aussi tragique que soit le drame, l'histoire aurait dû s’arrêter là. Toute autorité avec un minimum de sens commun aurait protégé l'enfant victime des abus. La police et les procureurs des Maldives ont choisi une autre logique : la jeune fille a été arrêtée, interrogée et accusée de « fornication » par les autorités. Celles-ci soutiennent que l'adolescente a avoué avoir des relations sexuelles consenties avec un autre homme que son beau-père. Cet homme n'a pas été identifié, arrêté ou inculpé. Alors que la jeune fille a été condamnée à 100 coups de fouet, en plus d'être astreinte à la résidence surveillée pendant huit mois, elle recevra sa flagellation une fois qu'elle aura 18 ans, sauf si elle en fait la demande plus tôt... Zaima Nasheed, un des porte-parole du tribunal des mineurs aux Maldives, a défendu la lourde peine, soutenant que la jeune fille avait « volontairement commis un acte hors la loi », rapporte la BBC.

Selon les statistiques du ministère de l'Administration judiciaire relayées par le site d'info Minivan News, près de 90 % des personnes reconnues coupables de fornication en 2011 étaient des femmes. Sur les 129 cas de fornication en 2011, 104 personnes ont été condamnées, 93 étaient des femmes, dont 10 mineures.

En 2011, Navi Pillay, la Haut Commissaire aux Droits de l'Homme des Nations Unies, a dénoncé la pratique de la flagellation des femmes pour avoir eu des relations sexuelles hors mariage, la flagellation constituant « l'une des formes les plus inhumaines et dégradantes de la violence contre les femmes, et ne devrait pas avoir lieu dans le cadre juridique d'un pays démocratique ». Réagissant à l'histoire de la jeune fille, Abbas Faiz, chercheur d'Amnesty International aux Maldives, a déclaré de son côté : « c’est absolument scandaleux, quels que soient les motifs de l’inculpation. Les victimes de viol et d’autres formes d’abus sexuels doivent recevoir protection et soutien, elles ne doivent pas être mises en accusation (…) La flagellation est une violation de l'interdiction absolue de la torture et des autres traitements cruels, inhumains et dégradants. Le fait qu'une jeune fille de 15 ans ayant terriblement souffert risque le fouet est d’autant plus condamnable ». Il n'est pas superflu de rappeler que les Maldives ont signé la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants de la Charte des Nations Unies, le 20 avril 2004.

Une pétition en ligne

Plus d'un million de personnes ont signé une pétition en ligne condamnant les Maldives pour avoir sévi contre la victime, pour le motif qu'elle avait eu des rapports sexuels avant le mariage avec un autre homme. La pétition, lancée par le site avaaz.org, invite le président des Maldives, Mohamed Waheed Hassan, à intervenir d'urgence. Le site souhaite « arrêter cette folie en appuyant là où ça fait mal pour le gouvernement des Maldives : les recettes touristiques ». En chiffres, les Maldives ont accueilli plus de 800 000 touristes en 2010, ce secteur représentant aujourd'hui un tiers des recettes totales de l'État et près de 60% des recettes du commerce extérieur.

En réaction à la vague d'indignation internationale, le Président Mohammed Waheed Hassan a exprimé son « choc ». L’un de ses porte-parole, Masood Imad, a soutenu que du point de vue du gouvernement, la jeune fille de 15 ans est « une victime qui doit être protégée, et ne pas être punie par les autorités » et que celui-ci allait « discuter avec le ministère des Affaires islamiques » afin de « modifier » les lois existantes. Une volonté qui paraît d'ores et déjà compromise, au vu des récentes déclarations du Parti conservateur Adhaalath - dont les membres dominent largement le ministère des Affaires islamiques. Pour le parti ultra-religieux : « le but de la sanction est de maintenir l'ordre dans la société et de condamner les actes coupables. Ce n'est pas du tout un acte de violence. Nous devons faire la sourde oreille aux organisations internationales qui réclament l'abolition de ces peines, les qualifiant d'actes dégradants et inhumains ou à la torture ».

Notez