Manus Island : la face cachée de l'immigration australienne

8 Mai 2014



Le 17 février dernier, une révolte éclate dans le camp de rétention des immigrés clandestins de Manus Island, en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Elle fait plus de 70 blessés et un mort, Reza Berati, un jeune iraquien de 23 ans, dans des conditions restées floues. Enquête sur cette petite île encombrante devenue le symbole de la face cachée de l’immigration australienne.


Crédit DR
Crédit DR
Il y a les Working Holiday visas, il y a les reportages du 20h sur « ces Français qui ont réussi en Australie », il y a les villes les plus agréables du monde. Il y a Manus Island. Sur ce bout de terre de Papouasie Nouvelle Guinée s’entassent chaque jour des centaines d’immigrés clandestins syriens, irakiens, libanais, somaliens, afghans, birmans. Ils ne feront pas le tour de l’Australie en van, ils ne travailleront pas sur les plages de Sydney, ils ne vivront pas dans les villes les plus agréables du monde. Ils vivront là, sur cette île paradisiaque transformée en enfer.  

NOVEMBRE 2012, REPRISE DE LA « SOLUTION PACIFIQUE »

En 2001, sont construits dans le cadre de la « Solution Pacifique » les centres de Manus Island et de Nauru. Cette « solution » est mise en place à la suite de « l’affaire Tampa », ce bateau norvégien qui avait porté secours à un boat people indonésien et s’était vu refuser l’entrée sur le territoire australien, en dépit du droit maritime. Le gouvernement australien convainquait alors la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Nauru d’accepter les migrants sur leur territoire en échange d’une prise en charge financière et d’une aide au développement en matière d’éducation et de santé. Jusqu'à leurs fermetures en 2007, ces deux centres permettront de traiter les cas de centaines d’immigrés clandestins arrivés par bateaux, sans jamais qu’ils n’aient à poser les pieds en Australie. 

Sous la pression des élections législatives de 2013, le gouvernement travailliste de Julie Gillard réactive la Solution Pacifique et décide de la réouverture des camps de Manus Island et de Nauru en Novembre 2012. La loi du 19 Juillet 2013 entérine durablement cette décision : chaque demandeur d’asile devra passer par la Papouasie-Nouvelle-Guinée où son cas sera traité, aucun ne pourra par la suite séjourner en Australie. Aujourd’hui, environ 1500 demandeurs d’asiles occupent le camp de fortune de Manus Island et ce nombre ne cesse de s’accroitre sans qu’aucune solution pérenne ne soit envisagée. 

QUI SONT CES DEMANDEURS D’ASILES ?

La plupart de ces immigrés clandestins ont fuit les conflits armés et les violences de leurs pays d’origine : Afghans, Soudanais, Irakiens, Iraniens, Libanais, Pakistanais, Somaliens, Syriens sont concernés. Interrogé par Amnesty International en novembre dernier, H.S a quitté le Soudan en juillet 2013 à cause du conflit au Darfour : « Ma vie la bas était très mauvaise. Ils ont tué mon grand frère. Ils ont volé mon bétail. J’ai du quitter l’université. Si je retourne là-bas, ils me tueront ». La plupart ont un véritable statut de réfugié politique aux yeux de la législation internationale, mais aucune catégorie spécifique de visa n’est prévue par l’immigration australienne.

Certains ont payé jusqu’à 8000 $ leur passeur et ont voyagé durant plusieurs semaines dans des conditions déplorables. Ils ont tous été interceptés par les forces maritimes australiennes alors qu’ils tentaient de gagner les côtes du pays à bord de bateaux de fortune. Centralisés sur l’île australienne « Christmas Island », ils sont ensuite encouragés à signer un papier actant leur accord pour être transférés en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dont la plupart ignore même l’existence. A.H, interrogé par Amnesty International raconte : « Ils nous ont apporté un papier à signer qui disait que nous voulions aller en Papouasie-Nouvelle Guinée. Je leur ai dit que je ne voulais pas y aller. Ils m’ont dit « Tu iras. Si tu ne veux pas y aller volontairement, nous t’emmènerons par la force. Tu dois y aller. » ».

DES CONDITIONS DE VIE DEPLORABLES

Autorisée à visiter le camp en novembre 2013, Amnesty International Australie a publié en décembre un rapport édifiant sur les conditions de vie du camp de Manus. Des dortoirs surpeuplés, des conditions d’hygiène déplorables (on compte 16 toilettes pour 500 hommes dans un bâtiment), un manque d’eau potable et de produits de base (savon, shampoing, chaussures) sont mentionnés. 

Les occupants du camp de Manus sont régulièrement amenés à faire plusieurs heures de queue sous le soleil et l’humidité de l’île pour manger une nourriture de très mauvaise qualité : « un jour, j’ai même trouvé une dent humaine dans la nourriture » confie un immigré aux agents d’Amnesty. 
 

UNE PRESSION MENTALE POUR POUSSER AU (NON) RETOUR

Pour la directrice d’Amnesty International Australie, Claire Mallinson, « les conditions cruelles de ce système et l’humiliation de ces traitements sont un effort délibéré pour pousser ces gens à retourner dans les situations désespérées qui les avaient poussés à s’enfuir ». La pression mentale sur les immigrés est intense et nourrie par un manque cruel d’intimité et d’informations sur le futur de leur situation. Le contact avec le monde extérieur est rare, les excursions sur l’île sont organisées et programmées par les gardes chargés de la sécurité, mais rares sont ceux qui peuvent s’y rendre, à défaut de posséder des chaussures. Seize téléphones sont disponibles pour l’ensemble des « détenus » avec un temps de communications limité et une connexion internet lente et saccadée. 

Nombreux sont les troubles mentaux, tentatives de suicide et grèves de la faim constatés par le personnel médical. En témoigne le récit de cet immigré anonyme qui a créé l’année dernière la page facebook « Asylum seekers in « Manus Island » 2013 » : « Hier, 40 personnes ont été amenées ici. Après seulement une nuit, un homme a essayé de s’étrangler, et trois autres de se couper les veines. Ils veulent juste comprendre pourquoi ils sont sur l’île de Manus et personne ici ne répond à cette question. »

LA RESPONSABILITE AUSTRALIENNE : QUELLE LEGISLATION INTERNATIONNALE ?

Extrait du discours du ministre Scott Morrison après la mort de Reza Berati. Crédit : Alex Ellinghausen / Fairfax
Extrait du discours du ministre Scott Morrison après la mort de Reza Berati. Crédit : Alex Ellinghausen / Fairfax
A la suite du rapport d’Amnesty, l’ONU s’est empressé de dénoncer une politique « inhumaine » et « illégale ». Illégale puisque l’Australie a signé en 1954 la Convention relative au statut des réfugiés de 1951 dont l’article 31 oblige les pays signataires à garantir l’accueil des demandeurs d’asiles qui fuient des persécutions. Pour le Professeur David Kinley, de l’Université de Sydney (pour ABC News), « à partir du moment où les autorités australiennes interceptent les bateaux de ces demandeurs d’asile, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des territoires maritimes australiens, elles sont responsables du bien-être de ces gens ».

Mais le gouvernement joue sur les mots. Les camps sont installés en Papouasie, ce qui décharge en partie l’administration australienne. Le ministère avance une visée humanitaire : il faut éviter les noyades en haute mer des clandestins, et donc les dissuader de rejoindre l’Australie par de tels moyens. Le ministre de l’immigration australien, Mr Morrison, a tenté d’apporter des éléments de réponses à la mort de Reza Berati : « C’est une tragédie, mais il s’agissait d’une situation très dangereuse où les gens ont décidé de protester d’une manière très violente et de s’échapper du centre en se mettant dans une situation de grand danger ». 

La population australienne reste très hostile à l’immigration clandestine, et peu informée des conditions de vie à Manus. Selon un sondage conduit par Essential Research et publié sur Crikey.com, un quart des votants pensent que l’approche du gouvernement est « trop douce », 35% que c’est une « bonne approche » et 22% que l’approche est « trop brutale ». Il est édifiant de constater l’ampleur du désastre humanitaire qui se joue à Manus Island, et l’hypocrisie des différents protagonistes impliqués. A l’heure où nous parlons le soleil se couche à Darwin, mais à quelques kilomètres au Nord, les immigrés de Manus ne dormiront pas avant longtemps.  


Notez





1.Posté par Philippe Croo le 09/05/2014 11:16
Bravo Chloé,

intéressant et bien écrit !

Philippe.