"Nous avons dix ans de droite à corriger"

Billet

25 Octobre 2012



Souleïmane Urtis inaugure la Tribune libre du Journal International.


"Nous avons dix ans de droite à corriger"
Ces propos sont relayés aujourd'hui dans la presse sans que personne ne semble s'en offusquer. Pourtant, il s'agit là de propos graves qui inquiètent sérieusement quand à la maturité de la classe politique actuelle. Faut-il que chaque parti politique, une fois au pouvoir rejette la responsabilité de ses fautes sur l'action du parti précédemment au pouvoir ? Ainsi, si aux prochaines élections, c'est le parti dit de l'opposition qui revient à la tête de l'Etat, son action sera de "corriger" celle du gouvernement précédent ? Comment un pays pourrait-il avancer s'il est gouverné à tour de rôle par des partis qui reviennent à chaque nouvelle élection sur les mesures précédentes ? Il est aussi surprenant que la presse accorde du crédit et mette en avant de tels propos. Avons-nous des médias d'informations ou des médias de polémiques ?

Notez


Souleïmane Urtis
Journaliste pour Le Journal International. En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par deudeu le 26/10/2012 11:32
Le fait est qu'il est important de différencier la posture du concret.

Niveau posture, le gouvernement socialiste prétend incarner le changement. Il affirme vouloir revenir sur les mesures antisociales votées sous Chirac et Sarkozy.

Mais concrètement, il n'a pas remis grand chose en cause. Les suppressions de postes ne seront pas annulées. Les mesures de rigueur seront bien mises en place. Le Traité européen instituant l'austérité budgétaire (TSCG) a été voté tant par le PS que par l'UMP...

Moi je trouve au contraire que la gauche ne s'est jamais autant inscrite dans la continuité de la droite, malgré quelques exercice de poudre aux yeux (mariage gay, abolition de la prostitution) qui arrangent bien tout le monde puisqu'ils permettent de ne pas parler d'économie.