Quand la technologie pénètre l'homme en douceur

Clara Mazuir et Jeanne Massé
16 Mars 2013



Après les lunettes à réalité augmentée, Google a dévoilé son nouveau concept : la « Google Talking Shoe » ou la chaussure parlante, ultra-connectée. Équipées d'un accéléromètre, d'un gyroscope, d'un haut-parleur, et du bluetooth, la firme les a présentés au festival South by Southwest à Austin, au Texas. Et il ne s'agit encore que d'un concept.


gawker.com "Sois honnête. Est-ce que j'ai l'air d'un abruti ?"
gawker.com "Sois honnête. Est-ce que j'ai l'air d'un abruti ?"
« C'est super ennuyant ! », assis sur un banc, désormais, vos chaussures vous parlent. Du moins, c'est le concept que Google a lancé. Courir, sauter, danser, ces chaussures ont soif de sensations. Reliées à un smartphone, elles envoient en temps réel des mises à jour au réseau social Google +, selon les mouvements de son propriétaire. Accéléromètre, gyroscope, haut-parleur, et bluetooth, rien que ça, pour des chaussures sarcastiques, qui ont une tendances à émettre quelques commentaires moqueurs. « Es-tu une statue ? Alors allons-y ! »

Au-delà de ces options, la Google Talking Shoe servirait de soutien pendant les heures de footing, comme encouragement. Si la vidéo du prototype et la communication de Google reste très soignées, sur le net, les internautes ne se disent pas séduits, et se laissent aller à quelques critiques. « Je ne veux pas que mes amis soient capables de voir chacun de mes mouvements et je ne veux pas que mes chaussures me parlent avec un mauvais accent britannique. »

Cette nouvelle vient s'ajouter à une actualité des plus conséquentes pour Google : la fermeture de Google Reader, le lecteur de flux RSS du géant américain. Attristés par la nouvelle, certains adeptes dénoncent l'idée d'une chaussure parlante. « C'est donc là que l'équipe de Google Reader a été affectée ? »

« No Glass Google Zone »

Révolutionnaire. Le mot est sur toutes les lèvres quand on mentionne ces gadgets de « réalité augmentée ». Ce terme lui-même mérite un peu d'attention : la réalité aurait donc besoin d'être augmentée ? Comme si l'addiction aux smartphones n'était pas suffisante, ce sont prochainement des hipsters aux allures de cyborg qui déambuleront dans nos rues, discutant avec leurs lunettes (au design quelque peu douteux), voire leurs chaussures. Admettons, certains sont prêts à se ridiculiser au nom de la technologie, un choix contestable mais compréhensible. Mais déjà sur les réseaux sociaux, les protecteurs de la vie privée grondent et s'interrogent à juste titre. Les Google Glasses permettront à tout le monde de filmer, photographier, partager, n'importe quand, n'importe où. Que restera-t-il alors du droit à l'image ? Des enseignes américaines ont déjà prévu leur interdiction, comme le « 5-Point Cafe » à Seattle, déclarant sobrement le 11 mars sur leur site internet : « Si vous faites partie de ceux qui ont décidé de claquer leurs économies dans des Google Glasses (…) prévoyez de les retirer à l'entrée du 5-Point Cafe. (…) Merci de respecter la vie privée de nos clients, comme nous attendons qu'ils respectent la vôtre », et réaffirment plus fermement leur position sur leur page Facebook : « nous n'hésiterons pas à virer les récalcitrants à coups de pieds ». (Mais après tout, c'est pour la bonne cause, assurent-ils : « grâce à nous, vos enfants n'auront pas à voir des photos de vous portant ces choses ridicules »). Et ils ne sont pas les seuls à se moquer ouvertement de la nouvelle lubie « googlienne ». Le site gawker.com annonce la couleur et publie un article intitulé « Si vous portez des Google Glasses, vous êtes un abruti » (pour une traduction politiquement correcte), à lire ici pour les bilingues. 

Les lunettes Google nous offrent le futur sur un plateau, pour nous projeter dans un univers encore plus connecté. Alléchant, mais pas sûr que la réalité le soit autant. Si aujourd'hui tout se consomme avec une vitesse déconcertante, le principe des Google Glasses vient encore une fois bouleverser la donne et transformer nos rapports sociaux. Et vient surtout poser la question : a-t-on vraiment besoin de tout cela ? A voir, cette vidéo parodique. 

Une puce électronique dans le bras

Le concept d'une technologie omniprésente va plus loin. Jusque dans l’organisme de l'Homme. Des salariés américains de Citywatcher, société de vidéosurveillance, se sont fait implanter une puce électronique dans le bras. Celle-ci permettrait de filtrer l'accès à certains espaces sécurisés dans lesquels la société installe des équipements de surveillance. Le PDG de Citywatcher a précisé que ces puces n'étaient, en aucun cas, le moyen de localiser ses employés.

Or, l'entreprise Applied Digital Solutions voient en ces puces bien plus qu'une simple expérimentation, elle veut en faire son fond de commerce. Pour sa campagne de séduction, elle a décidé d'équiper gratuitement les hôpitaux de scanners capables de lire ces puces. D'autant plus que le ministère de la Santé américain (le Food and Drug Administration) a autorisé la commercialisation de ces dernières sur le marché. Pas plus grande qu'un grain de riz, (12 mm de long pour un diamètre de 2,1mm), appelée « VeriChip », cette puce contient un numéro d'identification et une antenne. Le scanner permettrait donc d'identifier la victime et son groupe sanguin plus rapidement. Les défendeurs des libertés individuelles se sont évidemment déclarés outrés devant un projet qui, facilement, aiderait « la technologie à pénétrer l'homme en douceur. »

Un changement inéluctable

Pourtant, difficile, voir impossible, de se mettre en travers de la route du progrès. Pour la puce électronique, l'argument tient la route : tout est fait pour le bien du patient. Même chose pour les Google Glasses, si le « 5 point Cafe » tient sa position ferme « anti-Google », peu de commerces risquent de les suivre. Interdire cette technologie, c'est se priver de nouveaux clients, et par la même occasion d'une publicité gratuite. Les binoclards à la sauce Google sont en passe de devenir les meilleurs amis des cafés et magasins, en leur faisant profiter d'une visibilité exclusive grâce aux clients partageant photos ou localisation de l'endroit. Les nouveaux « hommes sandwiches » en quelque sorte. La technologie s'invite clairement dans la vie quotidienne de l'Homme. Reste à savoir si les nombreux risques sanitaires soulevés par les scientifiques seront écartés au nom de l'utile et du pratique.

Notez