Strauss-Kahn Superman

Marijana Petrovic, correspondante à Stockholm, Suède
1 Octobre 2013



Le 17 septembre dernier, Dominique Strauss-Kahn a été officiellement désigné comme nouveau conseiller financier du gouvernement de la Serbie. Redresser l’économie serbe, sclérosée depuis maintes années par la problématique de la dette et de la récession, tel est l’objectif assigné à l'ancien directeur général du FMI, dont la carrière semblait avoir été définitivement altérée par les scandales sexuels.


Crédit Photo -- Tanjug, Z. Žestić
Crédit Photo -- Tanjug, Z. Žestić
Ruinée politiquement, moralement et économiquement depuis les guerres des années 1990, la Serbie semble être aujourd’hui le mauvais exemple d'un pays candidat à l'adhésion à l’Union européenne. Au début des années 2000, quand la coalition d’opposition a pris le pouvoir, le pays avait certes été perçu comme un candidat prometteur. Des mesures de stabilisation avaient été mises en place, permettant le renouvellement de l’adhésion du pays au FMI. Cette réintégration dans la communauté internationale de la Serbie s’accompagnait aussi de l’adhésion à la Banque mondiale et à la Banque européenne. Cependant, la promesse de profonds changements institutionnels a très vite été paralysée par l'assassinat du Premier ministre Zoran Djindjić, en mars 2003.

Aujourd’hui, la dette publique serbe est supérieure à 60 % de son PIB et le taux de chômage est l’un des plus élevés d’Europe, touchant plus d'un quart de la population active. Le rééquilibrage de la balance commerciale fait partie des priorités économiques du pays, avec comme objectif de rendre le territoire plus attractif pour les investisseurs étrangers.

Des tentatives de libéralisation du marché serbe ont été menées ces dernières années, mais, trop précaires, elles ne compensent pas le nombre, encore important, de grandes entreprises qui demeurent sous tutelle de l’État. La privatisation des entreprises se fait dans l’opacité et la malversation les plus totales, engendrant controverse sur controverse au sein de la classe politique. La liste est longue des personnalités accusées d’avoir corrompu, directement ou indirectement, les procédures de privatisation afin de permettre à l’État de conserver ses intérêts et sa mainmise. Trois anciens ministres, onze anciens directeurs d'entreprises publiques, l'un des administrateurs actuels des entreprises publiques ainsi que plusieurs juges et procureurs ont été, en juillet dernier, menés devant la justice. Le vice-Premier ministre Aleksandar Vucic dénombre, dans une interview donnée à Aljazeera, que pas moins de 115 personnes seraient impliquées dans 24 affaires de privatisations fraudées.

Une réforme sérieuse et approfondie des institutions économiques et financières serbes est jugée par le gouvernement actuel comme une nécessité, considérant que ce n’est qu’à ce prix que le pays pourra se dépêtrer du nœud coulissant qui l’asphyxie.

Combler les lacunes de légitimité gouvernementale

La nomination de Dominique Strauss-Kahn au poste de conseiller financier illustre surtout la tentative des autorités serbes d’obtenir davantage de légitimité dans leurs projets de restructuration institutionnelle et leurs prises de décisions économiques. Les élections tenues en mai 2012 ont marqué, pour la première fois depuis 2000, le retour, au sein du gouvernement, d’ex-membres du parti radical de Vojislav Seselj, accusé des crimes de guerre.

Dans un pays où les conflits politiques bloquent la réalisation de la plupart des projets de redressement, la désignation d’experts permet de justifier et de créditer les prises de décision. Comme l’explique Ljubomir Madzar, professeur à la faculté d’Économie de Belgrade, dans une interview donnée au journal serbe Politika, il est plus facile de surmonter les conflits politiques et de mettre en œuvre les mesures nécessaires si la proposition vient d’un expert mondialement reconnu. Il ajoute que « des médicaments amers seront avalés avec plus de facilité s’ils sont prescrits par un spécialiste comme Strauss-Kahn. Le gouvernement l’a engagé, non pas parce qu'ils ne savent pas prendre de décisions, mais parce qu'il sera plus facile de les faire accepter s'ils disent : ce choix s’impose, c’est la recommandation d’un expert réputé mondialement ».

C’est déjà dans cette optique que Lazar Krstic a été officiellement désigné au poste de ministre des Finances, le 3 septembre dernier. Diplômé en 2007 de la Yale University avec mention magna cum laude en économie, spécialiste des questions de transition économiques en Europe centrale et orientale, puis ayant travaillé dans la société de conseil McKinsey, son jeune âge et sa relative inexpérience dans le milieu de la prise de décision politique a cependant rendu nécessaire la désignation de Strauss-Kahn pour travailler à ses côtés. Mais DSK a tenu à rappeler, lors d’un entretien à Radio Free Europe, que son rôle se bornera à celui de conseiller. « Donner des conseils est plus facile que prendre des décisions et les mettre en œuvre, car il s'agit d'une décision politique », met-il en garde comme pour signaler que la tâche la plus importante et la plus délicate reviendra en fin de compte au gouvernement serbe.

« Panique légère. DSK arrive »

La nouvelle de la nomination de DSK au poste de conseiller financier a très rapidement suscité de nombreux commentaires, souvent indignés, dans les médias ainsi que sur les réseaux sociaux. C’est le caractère ironique de ce choix qui est souvent moqué, dans la mesure où le pays, qui cherche à se dégager de sa réputation de « mauvais enfant » des Balkans, embauche une personnalité qui semble elle-même désireuse d’une réhabilitation internationale. D’autres s’indignent que la Serbie ne fasse pas appel à ses propres experts, qu’elle a pourtant, selon eux, en nombre suffisant. La sociologue et ancienne députée à l’Assemblée nationale de Serbie Vesna Pesic évoque, dans un entretien pour le New York Times, sa perplexité quant à la nomination de DSK à un tel poste, faisant remarquer que ce choix relève, selon elle, ni plus ni moins d’un acte de marketing politique ne visant qu’à renforcer la légitimité des prises de décisions gouvernementales.

Même si, sur les réseaux sociaux tels que Twitter, le ton des commentaires est à la satire et à l’humour noir (« Nous allons le payer en femmes de ménage et en serveuses de café » - @AmitzDulniker  ; « Les maris des employées du gouvernement dans une panique légère. DSK arrive » - @DragoKovacevic ), Vesna Pešić doute qu’une véritable contestation puisse naître au sein de la population, que la récession a, selon elle, épuisé moralement et désengagé de la sphère politique.

Au gouvernement, on essaye tant bien que mal de justifier le choix. Donnant l’exemple un peu inhabile de Picasso, le vice-Premier ministre Vucic fait remarquer que le comportement amoral d’un homme envers les femmes n’empêche pas le talent dont il peut faire preuve dans un domaine particulier. Selon lui, il faut juger Strauss-Kahn non pas moralement, mais dans sa capacité à résoudre les problèmes financiers dont souffre la Serbie.

Dominique Strauss-Kahn travaillera gratuitement pendant trois mois, pendant lesquels il soumettra ses propositions au gouvernement qui en décidera la mise en œuvre. Après quoi le mandat de l’ex-directeur général du FMI pourra être prolongé.

Notez





1.Posté par Alessandra Tatić le 01/10/2013 13:34
Facebook
On peut juste espérer que ce nouveau Picasso va se débrouiller dans l anarchie politique serbe, puisque ce sont pas du tout les mêmes conditions de travail qu'en France..

Bravo pour l'article!

2.Posté par Internetdev le 13/11/2013 13:16
Il risque de donner quelques leçons à papa Hollandréu